Du court séjour, au grand voyage, VVV le blog des nomadismes

La trousse à pharmacie du voyageur

La trousse à pharmacie du voyageur

Comment se constituer une bonne trousse à pharmacie de voyage ? Il n’y a pas de recette type, tout dépend de quels maux vous souffrez en général. Je connais des personnes plus migraineuses que d’autres, plus sensibles aux maladies…
Pour la mienne, j’ai d’abord sélectionné les médicaments usuels, ceux dont je me sers de manière régulière pour les quelques affections dont je souffre. La principale étant le mal de crâne. Plus précisément la névralgie d’Arnold. Il m’a fallu longtemps pour mettre un nom sur ces migraines horribles et je remercie le kiné croisé dans la Marne pour avoir mis un nom sur ma douleur. Ma trousse oscille entre médicaments “classiques”, huiles essentielles et remèdes de grands-mères et gadgets… Ma trousse est le fruit de ma propre expérience, celle de la connaissance de mon corps, mais elle a été complétée aussi avec l’aide de Lionel, médecin généraliste. A noter, j’ai doublé les médicaments usuels tels que le Doliprane 1G.
Voilà la mienne. J’ai marqué le nom générique des molécules…

1. Anti-douleurs & anti-inflamatoires

Ibuprofène, aspirine, paracétamol. Cette dernière molécule sous deux formes : orodispersible et effervescent. Je ne vous les présente pas. Certains pourraient se demander pourquoi je n’emmène pas de Prontalgine ou tout autre molécule à base de codéine ? Je ne digère plus cette molécule depuis mon ablation de la vésicule biliaire. L’effet est équivalent pour moi à celui du cannabis, voire des psilocybes l’euphorie en moins et les nausées en plus. EDIT : j’attire votre attention sur le fait que plusieurs personnes ont été emmerdées aux passages de frontière avec ce type de molécule codéine, même avec l’ordonnance (Géorgie, Ouzbékistan…)

2. Antibiotiques

 Amoxicilline à large spectre en cas d’infection aiguë. Collyre antibiotique. Spiramycine / métronidazole (Birodogyl) en cas de forte douleur dentaire. Rien n’est plus terrible que d’avoir mal aux dents. Cependant, cette douleur dentaire est la résultante d’oublis, de négligence. Conséquence, elle est la suite petites douleurs annonciatrices, elle est horrible. EDIT : compte tenu des infections que j’ai pu avoir j’ajouterai un traitement d’Azithromycine, (angine bactérienne dans mon cas)

3. Anti tourista

Lopéramide & nifuroxazide. Contre la tourista. D’abord bien se lâcher, se vider, puis bien se désinfecter avec le nifuroxazide (Diafuryl), et on rebouche le tout avec de la lopéramide (Immodium) et on boit beaucoup. EDIT En Inde, ce traitement  a été inefficace ! Un médecin militaire m’a prescrit du Norfloxacin avec du Tinidazole. Efficacité garantie !

4. Maux de bouche

 Pansoral et Eludril. Il s’agit de leur nom commercial. Le Pansoral est un gel gingival un peu passe partout. L’Eludril est un antiseptique buccal assez efficace.

5. Maux d’estomac

L’ésoméprazole est un antisecrétoire gastrique inhibiteur de la pompe à proton. Vous n’avez jamais eu d’ulcère ? SI ? Argh vous aussi ! Vous me comprenez alors ?

6. Maux de ventre généraux

 Phloroglucinol, du Spasfon quoi. Maux de ventre, etc.

7. Brûlures

Miel de thym. en pansement contre les brûlures entre autre. Tout comme le CHU de Caen est en pointe pour les soins à base d’asticots, leurs homologues de Limoges utilisent ce type de miel depuis des années. Il favorise la cicatrisation et me servira pour badigeonner les plaies pouvant arriver. EDIT : brûlé au second degré profond au pied au Tadjikistan, la quantité de miel emportée était insuffisante.

8. Soins divers aux huiles essentielles

J’en utilise surtout quatre. L’huile essentielle de menthe m’aide en cas de névralgies de Arnold ou en cas de douleurs musculaires. J’associe parfois la menthe à l’huile essentielle de camphrier et de gaulthérie. L’HE de gaulthérie contient une bonne part de Salicylate de méthyle. Elle est utile pour les soins musculaires, certaines douleurs. Je prends aussi du sucre en grains parfumé à l’HE de cannelle. Effet boost léger.

9. Pansements

Quelques pièces diverses, bandage, compresses. Pansement en spray (pas mal en fait pour ne pas infecter les petites plaie).

10. Mal des montagnes

Diamox, sur ordonnance. Efficace ! J’en parle ici

11. Pomades & crèmes. La trousse comporte un peu de crème solaire puis une hydratante de type biaffine. Cependant, l’usage de la première dispense d’utiliser la seconde. Mais j’ai tellement vu de gens cramés par le soleil en vélo couché que je préfère prévoir. Même si cette prévention passe par la non exposition. J’apporte une crème antimycosique à base d’éconazole. Ces saletés de chaussures Shimano durant mon voyage, favorisant la macération. EDIT : plutôt que de me couvrir de crème solaire, j’ai préféré me couvrir intégralement le visage et le corps. Seules les mains étaient exposées.

12. Collyre antibiotique

J’avais emporté pas mal d’unidoses de sérum physiologique, mais aussi un collyre antibiotique.

13. L’inutile ou le superflu, le aucazou

 Faut-il emmener une seringue, aiguille, fil de suture des gants stériles ? Serais-je capable de recoudre une plaie ? De ligaturer une artère ? Bref, peut être inutile ou pas ! EDIT : je ne regrette pas d’avoir emporté deux seringues. Utilisées en Iran.

Ma trousse à pharmacie durant Asiatrek


1 thought on “La trousse à pharmacie du voyageur”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *