Du court séjour, au grand voyage, VVV le blog des nomadismes

L’histoire du vélo à voile

L’histoire du vélo à voile

Un vélo à voile, quelle drôle d’idée ! Et pourtant, lorsque j’ai commencé à préparer mon vélo en 2011-2012, deux personnes, indirectement, m’ont mis l’idée en tête. Christophe de chez LM Services avait suggéré de mettre une voile type Spi. Quant à la maman de Steeve, elle ne me trouvait pas trop visible sur la route.

Le Catrike expédition et sa remorque, le moyeux Rohloff et le pédalier Schlumpf étaient là

Cette raison m’avait poussé à mettre un drapeau normand géant. D’abord par la fierté d’être Normand, puis l’envie d’être visible. Le départ de mon voyage à vélo Asiatrek était prévu début septembre 2012. J’avais accompagné mon papa, s’éteignant de son cancer, jusqu’à la fin, le 15 mars. Jérôme était parti le 19 février, Jean-Noël était mort le 4 avril. Au mois de mai, ma maman a commencé à être malade son état s’est aggravé. Joël, l’oncle de Jérôme, que j’accompagnais pour ses rayons est décédé le 26 juin. Mon fils est né le 6 septembre, mais je n’ai pas pu partir comme prévu dans le mois de septembre, l’état de santé de ma mère s’est aggravé, est décédée le 7 octobre…

L’apprentissage de la voile + le vélo = vélo à voile !

Les Glénans stage horizon
En stage aux Glénans à Concarneau

La fin d’année 2012 a été terrible. J’ai embarqué pour apprendre à naviguer Un ami Marc m’a aidé à faire la route jusqu’en Espagne pour accompagner un Anglais, Alex, à bord de Samsara. Si la navigation s’est écourtée à la Corogne, j’ai pu commencer à découvrir vraiment la mer. Mon stage Horizon en février 2013, aux Glénans à Concarneau m’a fait le plus grand bien. J’ai arrêté les antidépresseurs que j’avais commencé à prendre. Ces cinq décès m’avaient laissé sur le flanc. En avril 2013, j’ai décidé d’installer une voile. 

Christian Nau… l’inspiration

Je me souvenais de cet homme qui avait roulé sur les rails, Christian Nau

Je me souvenais de cet fabuleuse histoire. L’homme qui avait roulé sur les rails du train minéralier. J’ai facilement retrouvé son nom, Christian Nau. J’ai recherché sur les pages blanches et je lui ai laissé un message. Voilà sa réponse.

Bonjour Laurent,

Bravo pour votre grand projet.

Attention pour la hauteur du mât : Dans certaines régions du monde, les lignes électriques et téléphoniques peuvent être inférieures à 3 m 50 dans certaines villes et certains villages : les tourbillons de vents peuvent y être aussi très dangereux. Prévoir la possibilité de choquer la voile instantanément. Réservez de préférence la propulsion éolienne pour la traversée des déserts. Vous trouverez en pièce jointe mes expéditions “aux bons soins d’Eole”, dont la Bretagne près du mont St Michel et la Death Valley, en “tricycle à voile”. Voir mon site www.auxbonssoinsdeole-christiannau.com

Très cordialement, et bon Vent!

Christian Nau

Les précurseurs m’écrivent…

Germain et sa compagne ont été les premiers à rouler aussi longtemps sur des vélos couchés à voile. Voilà leur mail.

Le retour de leur utilisation du vélo à voile.

Première évolution du vélo à voile

A partir du même Catrike Expédition, j’ai testé plusieurs fixations de mat, plusieurs système de rappel d’écoute, de fixation de cet accastillage, de voiles. Tout a été fabriqué par mes soins ou réalisé selon mes plans (comme les deux systèmes de fixation du mat à la bôme).

Vers une version définitive…

La version définitive du vélo à voile

Une version 2.5. 2.5 comme la taille de la voile en M, et le second système d’attache du pied de mat…

Le vélo à voile existe et fonctionne ! Après avoir rencontré pas mal de gens le long de mon périple, je me rends compte que la présence de cette voile pose pas mal de questions (certaines sont parfois antagonistes). Est ce que ça fonctionne? N’est elle pas dangereuse lorsqu’un camion te double ? Comment fais tu pour tirer des bords ? Plusieurs personnes ont jugé l’installation dangereuse. Sans rien comprendre au fonctionnement du vent. Car pour comprendre le vélo à voile, il faut tout d’abord comprendre le principe de la voile, de la force du vent. Il est important d’imaginer un pédalage complémentaire qui influe sur la voile.  

7 kg d’équipement carbone et aluminium 

D’abord, la voile est un vrai plus ! Et pas uniquement pour favoriser les rencontres. Compte tenu du poids minime du mat carbone, du wish alu et de la voile en elle même, des équipements l’alourdissement est de moins de 7 kg. Toutefois, par vent de face, j’aplatis la voile  et je pédale ! En fait, il est bien évidemment hors de question de tirer des bords ! D’ailleurs, je tiens à remercier M. Lemétayer de RVL (Réparations voiles légères à Douvres la Délivrande, de ne pas m’avoir suivi dans l’idée de rajouter des lattes à cette voile ! Il m’a conseillé de mettre un whishbone et ça marche ! Merci !

La bien nommée tempête Christian

Le 21 octobre 2013, le grand départ avec un… vent de face !

Du bon plein au largue, l’effet additionnel du vent pour assister le pédalage est réel… Par contre, la seule petite difficulté est de gérer la voile par vent arrière fort. Il ne faut pas s’arrêter, car dans ce cas, je dois laisser la voile partir en drapeau et en pédalant, je la récupère lorsque mon vent vitesse dépasse la vitesse du vent. C’est plus désagréable que dangereux. J’ai approché les 80 km/h le 27 octobre 2013 le long de la Loire entre Nantes et Ancenis avec la tempête Christian qui est venue frapper l’Europe ce soir là.

350 km en 9 heures de pédalage

Avec ce vélo, j’ai eu un vrai bon feeling avec des allures de travers. La vitesse du vent s’additionnant à celle de mon pédalage. je dirais + 30 % en terme de vitesse donc de distance parcourue sur un vent faible F2. Les 2,5 m2 de voile ne pouvant pas réaliser de miracle compte tenu du poids global de l’engin, surtout au début lorsque j’avais la remorque. Toutefois, comme en voile, les allures de près font… giter le vélo. 

39 km/h de moyenne sur 350 km

Peut être qu’en cas de vent nul, je serais plus performant sans voile (la voile est molle comme du pain trempé) alors que mon vent vitesse m’aidait avec l’autre voile (celle complètement lattée) bordée à mort. Mon record de pédalage est de 350 kilomètres au Kazakhstan. Ainsi, ce jour là, j’ai effectué un certain nombre de kilomètres à près de 50 km/h de moyenne. Sur ce parcours, j’ai pu effectuer une moyenne de 39 km/h entre Kizylorda et Tortkol. Pour toutes ces raisons, il est préférable de connaître la voile en voilier. Il est indéniable que la voile a été un plus dans mon aventure. Et si je devais me refaire un voyage en tricycle, j’adapterai une autre voile.

Quelques constats sur ce vélo à voile maison

  • le vent des camions croisés ou qui me doublent annule la puissance de ma voile
  • à l’arrêt, un coup de vent et la voile se met en drapeau
  • si l’écoute est bloquée, le vélo se couche en cas de vent à l’arrêt
  • comme en mer, j’arrive à sentir les risées et les coins où ça va souffler (effets de site)
  • plus j’ai de poids, moins je vais vite
  • le mat est assez souple, qu’est ce que ça donnerait avec un mat rigide ? Plus de puissance encore ? Pour l’instant je ne me suis pas viandé. Heureusement ! A vrai dire, j’avais testé la voile à la mer par F6-F7, c’était encore une autre configuration sans Whishbone mais avec une latte… en cas de gros vent je laisse filer l’écoute. Je pense que j’aurai plus de mal avec un mat plus rigide où une voile plus haute ?
velo à voile, vélo voile,asiatrek

Finalement, les 3,2 mètres de haut sont d’ailleurs le maxi en hauteur pour éviter de galèrer sous les ponts, les arbres, comme me l’avait d’ailleurs conseillé Christian Nau. “Attention pour la hauteur du mât : dans certaines régions du monde, les lignes électriques et téléphoniques peuvent être inférieures à 3 m 50 dans certaines villes et certains villages”. Cependant, avec mes 3,2 mètres, ça “passouille” partout. Je dois tirer un peu sur le wishbone pour que ça passe aisément.  

Un futur vélo à voile ? 

Néanmoins si je devais réaliser une V3, il faudrait que j’entreprenne quelques modifications pour avoir quelque chose qui assure encore plus en terme de perf… Tout en gardant la même base de tricycle, le pédalier Schlumpf et le moyeux Rohloff. Quelque chose du genre, une voile plus longue, un chouilla moins haute, un whish plus long, plus large, où alors une bôme comme en voile.

Cependant, dans cette configuration, j’aurai plus reculé le centre de gravité et la position du mat pour l’avoir plus entre les cuisses. Les premiers essais pour installer un étais et mettre une voile d’avant n’avaient pas été convaincantes, faute de temps. Peut être que sur la V3 !

Pour conclure, si un jour je pète un câble, je sais quelles idées je mettrais en oeuvre et comment ! ça poussera grave ;o)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *