Du court séjour, au grand voyage, VVV le blog des nomadismes

Dormir dans un temple Japonais

Dormir dans un temple Japonais

Vous n’avez pas nécessairement besoin d’être bouddhiste pour dormir dans un temple japonais, comme à Koyasan (qui en compte plus d’une centaine). Toutefois, seule la possession d’un certain nombre de coupures de 10.000 yens vous permettra de jouir de ce type d’hébergement prisé, le shukubo.

Vous pouvez vivre cette expérience dans l’un des cinquante temples-auberges que compte le Mont Koya, dans la préfecture de Wakayama.
Pour être franc, lorsque Steeve est venu me rejoindre pour que l’on fête ses 40 ans et la fin de mon voyage, Asiatrek, je pensais réserver un Ryokan, un hôtel traditionnel japonais avec vue sur le Fujisan la nuit du 28 au 29 décembre.

Faute d’avoir pu réserver un ryokan, via leur site, Vincent Penez, du site Japan Guest House, m’a alors proposé de dormir dans un temple, à Koyasan. Un bon choix que je ne regrette pas. Même si, entre nous, le bilan que j’en tire est assez contrasté. Comme vous pourrez le lire plus bas.
Le grand public peut découvrir s’immerger dans l’atmosphère de la secte bouddhique Shingon dont les temps de prière.

12 millions de fidèles au Japon

Ce courant du bouddhisme ésotérique a été inspiré par le voyage et l’initiation en Chine de Kōbō-Daishi. Aussi connu sous le nom de Kūkai.
Le moine a pu créer une communauté au sommet du Mont Koya, à son retour, avec l’accord de l’Empereur. De nos jours, quelque 12 millions de fidèles seraient adeptes de l’enseignement de Kōbō-Daishi.
C’est possible de dormir dans un temple Japonais facilement. Sur les 52 hébergeant le public, j’ai choisi le Rengejo-In. D’après les avis du public recueillis sur le site Japan Guest House, à l’époque, ce n’était peut être pas le plus calme des temple, mais il offrait l’immense avantage… d’avoir de la place.

Horaires stricts, il faut se lever tôt…

Le  Rengejo-In est un monastère en partie reconstruit. Outre un jardin zen, entre les parties communes et l’hébergement, un second jardin dispose de plantes, roches et d’un bassin. Les chambres sont situés dans des bâtiments plus récents, mais toujours traditionnels. 
Les horaires d’arrivée, de prière doivent êtres respectés pour s’intégrer au mieux dans la vie monastique. Dans votre chambre, vous enfilerez, un yukata, kimono léger, permet de se changer et d’être à son aise. Après un premier temps de prière et de méditation, vient le temps du bain, puis celui du repas vegan nommé shojin-ryori. Une multitude de mets sans viande, très goûtus est servie dans la pièce commune.
Vous passerez la nuit à dormir sur un futon, la prière du matin vers les 5h, précède le petit déjeuner.

Un peu cher à mon avis

Mon avis est assez constrasté, pas tant sur la qualité globale de mon expérience mais sur son rapport qualité prix. 28080 yens payés pour deux, en 2014. C’est cher pour ce que c’est. Voilà l’avis que j’ai laissé sur Tripadvisor. “Une fois sur place, j’ai l’impression que c’est plus un “endroit pour les touristes” qu’un vrai Shukubo. Pas de japonais présents, mais des touristes en retard, qui ne portaient pas leur yukata aux cérémonies. Pas de onsen, mais un bain classique et 45 minutes pour se prélasser”.

“Les repas corrects, vraiment, mais entre nous, trop de touristes anglophones à critiquer le repas. Les chambres étaient froides et un simple chauffage au pétrole était proposé… A ce prix là, ça fait quand même un peu ch… Au final, un sentiment mitigé, même si la présence de la femme du premier grand maitre âgée de plus de 90 ans durant le repas et son histoire étaient très intéressantes, ça sent quand même le business… Il doit y avoir mieux pour moins cher à Koyasan !”

Pratique

Vous prendrez le petit train tout mignon, qui part de la gare de Namba, à Osaka en direction de Gokuraku-bashi sur la ligne Nankai. C’est hors JR pass, mais compatible avec le Kansai thru pass. De là, vous prendrez ensuite le joli funiculaire qui mènera vers Koyasan.  En haut, vous pouvez prendre un bus local pour accéder aux différents temples. Attention, vous devrez payer l’hébergement en espèces, heureusement, il y a un distributeur d’argent compatible avec les cartes françaises au petit bureau de poste .
J’ai regretté de n’avoir pas passé assez de temps pour explorer les alentours, la faute à un planning un peu trop dense. N’hésitez pas à passer une journée supplémentaire, à explorer le cimetière et la forêt adjacente…

Pour vous y rendre, vous prendrez le petit train tout mignon, qui part de la gare de Namba, à Osaka en direction de Gokuraku-bashi sur la ligne Nankai. C’est hors JR pass, mais compatible avec le Kansai thru pass. De là, vous prendrez ensuite le joli funiculaire qui mènera vers Koyasan.  En haut, vous pouvez prendre un bus local pour accéder aux différents temples. Attention, vous devrez payer l’hébergement en espèces, heureusement, il y a un distributeur d’argent compatible avec les cartes françaises au petit bureau de poste .
J’ai regretté de n’avoir pas passé assez de temps pour explorer les alentours, la faute à un planning un peu trop dense. N’hésitez pas à passer une journée supplémentaire, à explorer le cimetière et la forêt adjacente…



2 thoughts on “Dormir dans un temple Japonais”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *